L'olivier

Nom : olivier
Espèce : Olea europea

Famille : oléaceae

 

croyance et mythologie

Les croyances antiques nous venant de Grèce suggèrent que l’olivier a été offert à la terre et aux hommes par la déesse Athena. C’est lors d’un conflit l’opposant au dieu Poseidon qu’elle fit ce cadeau. Les deux Dieu se disputaient la possession de l’Attique et de la ville d’Athènes. C’est le roi Cécrops qu’ils ont choisi pour arbitrer le conflit et ainsi décider de qui deviendrait protecteur de la cité d’Athènes. Poseidon a donc offert un étalon invincible au combat, tandis que la déesse Athena offrit un arbre aux pouvoirs incroyables : l’olivier. Celui-ci possède le pouvoir de guérir et de nourrir. Devant un tel présent, c’est Athena que Cécrops choisit pour veiller sur la ville d’Athènes. Depuis ce jour, l’olivier fait partie des attributs d’Athena, au même titre que la lance, le casque et l’égide.

Le caractère sacré de l’olivier n’appartient pas qu'aux religions polythéistes de l’Antiquité. Lors de la Génèse, Noé lâcha une colombe blanche afin de voir si il existait encore des terres émergées suite au grand déluge. Celle-ci revint avec un rameau d’olivier dans le bec, en signe d’espoir et de longévité.

 

utilisations thérapeutiques traditionnelles

L’olivier est un arbre bien connu de tous et son huile est quotidiennement consommée dans de nombreuses régions, tout particulièrement sur le pourtour méditerranéen.
L’olivier est domestiqué et cultivé par les hommes depuis près de 4000 ans pour ses fruits et son huile délicieuse, mais aussi pour ses feuilles aux incroyables vertus. En effet, c’est dès l’Antiquité que l’extrait de feuilles d’olivier a été utilisé pour ses vertus antiseptiques par les grecs pour désinfecter les blessures superficielles et ainsi éviter les risques d’infection. L’extrait de feuilles d’olivier fît aussi parler de lui lors des grandes campagnes napoléoniennes. La guerre d’Espagne de 1808 qui opposa l’Espagne et la France sous le commandement de Napoleon fut une véritable tragédie pour l’armée de France qui perdit plus de 300 000 hommes. Nombre d’entre eux furent décimés suite à leurs blessures, emportés par la gangrène, tandis que les soldats espagnols se remettaient vite sur pieds et repartaient même parfois au combat. Les espions français découvrirent alors que ceux ci avaient pour habitude de soigner leurs blessures, légères ou lourdes, avec des cataplasmes de feuilles d’olivier pour lutter contre les infections.

Le pouvoir contre les agents pathogènes de l’extrait de feuilles d’olivier ne se limite pas aux

bactéries. Au 19e siècle, celui-ci était utilisé efficacement pour lutter contre le plasmodium,

un parasite eucaryote du genre apicomplexa responsable du tristement célèbre paludisme, maladie aussi connue sous le nom de Malaria.

 

Alégations thérapeutiques :

- hypotenseur
Les études menées sur les effets de l’extrait de feuilles d’olivier attribuent à ce dernier un pouvoir hypotenseur ainsi qu’un effet réducteur sur le taux de cholestérol.
Les essai clinique réalisé révelent que la consomation réguliaire d’extrait de feuille d’olivier abaissant de facon signification la pression sanguine. Une de ces études à été réalisé en double aveugle sur 148 sujets agé de 45 à 64 ans et tous souffrant d’hypertension. Les patient on été scindé en 2 groupes traité différenment pendant 8 semaines : l’un avec de l’extrait de feuille d’olivier (500 mg 2 fois par jours) et l’autre avec du Captopril (25 mg 2 fois par jours). Le captroril est un médicament courrament utilisé dans le traitement de l’hypertension. Les prises de tension diastolique et systolique tout au long de l’expérimentation ont révélé une action significative de l’olivier dans la baisse de tension. De plus, l’étude à révélé qu’il n’y avait pas de différence significative d’efficatcité entre l’olivier et le Captopril
(Susalit et al., 2011). Ainsi, l’extrait de feuilles d’olivier semble être un allié puissant à envisager à titre préventif et curatif pour tout ce qui concerne les problèmes de circulation.
Une autre étude réalisé sur des jumaux homozygotes souffrant d’hypertension à elle aussi suggèré que la prise quotidienne d’extrait de feuille d’olivier induisait une baisse de la tention. L’étude s’est porté sur 40 individu pendant 2 mois.
(Perrinjaquet-Moccetti et al., 2008)

- antibactérien et antifongique
Il est aujourd'hui avéré que les principes actifs contenus dans l’extrait de feuilles d’olivier possèdent un effet puissant contre de nombreux organismes pathogènes. Des études in vitro suggèrent que lees composées phénoliues contenue dans ces mêmes feuilles joue un rôle puissant contre les bactéries, les champignons, les virus et divers micro-organismes néfastes pour notre santé
(Pereira et al., 2007). En plus de lutter contre les pathogènes, cette même molécule semble avoir un effet stimulateur sur nos défenses naturelles.

- effet anti-inflammatoire

Les recherches tendent aussi à attribuer un effet anti-inflammatoire l’huile d’olive extra vierge. Une étude publié dans la préstigieuse revue Nature révèle que que les molécules actives qu’elle contient posséderait des propriété anti inflammatoire proche de l’ibuprofen, un antin inflammatoire non stréroidien courrament utilisé. Les 2 molécules agissent toute les deux en inbiant une enzyme intervenant dans la chaine de biosynthese des prostaglandines. (Beauchamp, 2005).

 

principe actif :

L’oleuropéine est un flavonoïde auquel la science moderne attribue de très fortes propriétés anti-bactériennes, anti-fongiques et anti-virales (Pereira et al., 2007).
Les chercheurs ont réussi à isoler l’élément actif de l’oleuropeine : l’acide oleanique. Des recherches suggèrent que dans un contexte d’augmentation de résistance bactérienne aux antibiotique, cette molécule pourrait avoir un grand interet. En effet il on observé in vitro un puissant effet anti bactériens, ainsi qu’une action anti mutagène
(Wolska et al., 2010)

Ils ont alors été surpris de la redoutable efficacité de celui-ci contre tous les virus testés. Cet acide semble en effet avoir un puissant effet inhibiteur dans la production d’acides aminés essentiels au développement viral. 

 

 

Références

 

Susalit, E., Agus, N., Effendi, I., Tjandrawinata, R.R., Nofiarny, D., Perrinjaquet- Moccetti, T., Verbruggen, M., 2011. Olive (Olea europaea) leaf extract effective in patients with stage-1 hypertension: comparison with Captopril. Phytomedicine. 2011 Feb 15;18(4):251-8

 

Perrinjaquet-Moccetti, T., Busjahn, A., Schmidlin, C., Schmidt, A., Bradl, B.,

Aydogan, C., 2008. Food supplementation with an olive (Olea europaea L.) leaf extract

reduces blood pressure in borderline hypertensive monozygotic twins. Phytotherapy Research, 22(9):1239-42. 

 

 

Beauchamp, G.K., Keast, R.S., Morel, D., Lin J, Pika, J., Han, Q., Lee, C.H., Smith, A.B., Breslin, P.A., 2005. Phytochemistry: ibuprofen-like activity in extra-virgin olive oil. Nature, 437(7055):45-6.

 

Pereira, A.P., Ferreira, I., Marcelino, F., Valentão, P., Andrade, P.B., Seabra, R., Estevinho, L., Bento, A., Pereira, J.A., 2007. Phenolic Compounds and Antimicrobial Activity of Olive (Olea europaea L. Cv. Cobrançosa) Leaves. Molecules, 12(5), 1153-1162.

 

Wolska, K.I., Grudniak, A.M., Fiecek, B., Kraczkiewicz-Dowjat, A., Kurek, A., 2010. Antibacterial activity of oleanolic and ursolic acids and their derivatives. Central European Journal of Biology, 543-553. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0